Histoire du monument

La cathédrale couronne l’énorme rocher basaltique sur les pentes duquel s’est installée la ville du Puy. Ce « mont Anis » est occupé dès l’époque gallo-romaine. Il devient lieu de culte à la Vierge au IVe siècle et siège de l’évêché au VIIe siècle.

La cathédrale couronne l’énorme rocher basaltique sur les pentes duquel s’est installée la ville du Puy. Ce « mont Anis » est occupé dès l’époque gallo-romaine. Il devient lieu de culte à la Vierge au IVe siècle et siège de l’évêché au VIIe siècle.

À la fin du Xe siècle, la renommée de la cité s’affirme pleinement autour de la dévotion à une statue de la Vierge : Notre-Dame du Puy. Les pèlerins venant des pays frontaliers de la France s’y rassemblent pour continuer vers Saint-Jacques de Compostelle.

L’église est agrandie aux XIe et XIIe siècles pour recevoir des pèlerins de plus en plus nombreux. Un cloître lui est alors accolé. Il est réservé aux chanoines séculiers de la cathédrale qui s’y réunissent et constituent le conseil de l’évêque. 

Entre le XVe et le XVIIIe siècle, le cloître subit diverses restaurations. De 1842 à 1853, l’architecte Mallay procède à de très importants travaux de démontage, de reconstruction et de restitution des décors romans, poursuivis par Mimey jusqu’au début du XXe siècle, conservant à l’architecture son esprit d’origine.

Logis des clergeons : utilisé à l'époque moderne comme habitation pour les petits clercs (clergeons), il s'agit à l'origine d'un habitat noble de grande qualité (XIIe siècle) ; la salle des griffons et sa cheminée circulaire témoignent de l'importance de son premier occupant, peut-être le doyen des chanoines.

Salle capitulaire : ancienne salle où se réunissaient les chanoines de la cathédrale lors d’assemblée hebdomadaire. Elle a ensuite servi de lieu de sépulture à partir du 14e siècle et sera utilisée comme chapelle funéraire. On peut voir ainsi certaines des pierres tombales exposées aujourd’hui contre les murs de la salle. Cette salle est également ornée d’une fresque datant des années 1200 d’inspiration byzantine dont la scène centrale représente la crucifixion. 

Bâtiment des mâchicoulis : ce bâtiment haut de cinq niveaux qui domine la cité du Puy-en-Velay est rattachée au système de défense de l’ensemble cathédral. Mais plus qu’un  ouvrage défensif, c’est surtout le symbole de la puissance de l’évêque et des chanoines sur la cité. Il abritait une salle seigneuriale, aujourd’hui espace de l’exposition Ors et Broderie, ainsi que la bibliothèque des chanoines. Construit le long du rocher volcanique, deux salles de cet édifice se situent ainsi sous le  niveau du cloître.  Il était construit à proximité de la tour Saint-Mayol, détruite en 1848 dont la base est encore visible.