Histoire du monument

La cathédrale couronne l’énorme rocher basaltique sur les pentes duquel s’est installée la ville du Puy. Ce « mont Anis » est occupé dès l’époque gallo-romaine. Il devient lieu de culte à la Vierge au IVe siècle et siège de l’évêché au VIIe siècle.

À la fin du Xe siècle, la renommée de la cité s’affirme pleinement autour de la dévotion à une statue de la Vierge : Notre-Dame du Puy. Les pèlerins venant des pays frontaliers de la France s’y rassemblent pour continuer vers Saint-Jacques de Compostelle.

L’église est agrandie aux XIe et XIIe siècles pour recevoir des pèlerins de plus en plus nombreux. Un cloître lui est alors accolé. Il est réservé aux chanoines séculiers de la cathédrale qui s’y réunissent et constituent le conseil de l’évêque.
Entre le XVe et le XVIIIe siècle, le cloître subit diverses restaurations. De 1842 à 1853, l’architecte Mallay procède à de très importants travaux de démontage, de reconstruction et de restitution des décors romans, poursuivis par Mimey jusqu’au début du XXe siècle, conservant à l’architecture son esprit d’origine.